Hypnose Et Éreutophobie Spécialiste : Immobilier coté: vent de panique dans les sociétés immobilières

vaincre ereutophobie avec Hypnose Et Peur De Rougir Témoignage enfin Peur De Rougir Traitement

Quelle que soit la effacement de votre situation , il y a un traitement contre la peur de rougir qui fonctionnera pour vous. L’anxiété sociale et la peur des insctes sont très courantes et bien-sûr traitables. Contrairement à forum operation ereutophobie d’autres angoisses, la peur de rougir et l’anxiété sociale ont toutes deux des taux de victoire fortement élevés.

Peur De Rougir Avis

La peur du rougissement instinctif a un impact sur la vie quotidienne de plus de personnes que vous ne le pensez. C’est une particularité importante suffisamment localisation de l’anxiété sociale. Il est comment vaincre la peur de rougir rarement exposé par ceux qui luttent Cholestérol contre cela du fait que l’attention pourrait être redirigée vers eux, tout ce qu’ils fuient. Biologiquement, c’est la finition de l’activité du mode instable agréable ( agite la réponse du corps au risque ). Les Phobiques barques sanguins proche de la peau se dilatent et l’augmentation du flux rouge « rougit » l’épiderme. Typiquement la peur redirige le flux soufflé de la peau et les mains et les pieds vers les petits muscles, mais le contraire semble tomber avec le rougissement.

Symbole des difficultés du secteur, l’ancienne star de la notation Unibail-Rodamco-Wesfield cherche à capter 3,5 milliards d’euros d’actions. Notre conseil boursier sur Carmila, Covivio, Gecina, Klepierre, Icade, Mercialys et Unibail-RW dans ce cadre.

Interrompues depuis des mois dans le cadre de Covid-19 et des doutes sur leur modèle économique, les sociétés immobilières établissent de mauvais records.

Dans ce retour, ses actions sont à des niveaux records.

Naufrage

Si les spécialistes du bureau, comme Gecina ou Covivio, en quelque sorte limiter les casses, les acteurs de l’immobilier commercial sont au milieu de l’épave. Unibail-Rodamco-Westfield est le triste symbole de cette méfiance.

La foncière dirigée par Christophe Cuvillier a vu son prix quasiment divisé par cinq depuis le début de l’année.

La société immobilière commerciale a dû décider d’annoncer une prochaine augmentation de capital.

S’il excluait toujours tout recours au marché mi-août, il a annoncé un mois plus tard une levée de fonds massive de 3,5 milliards d’euros pour tenter de desserrer l’emprise qui étouffe son bilan.

Transaction dilutive

L’opération sera très diluée. Malgré le maintien (au moins partiellement) du principe du droit préférentiel de souscription pour les actionnaires actuels, cet appel au marché va provoquer une avalanche de nouvelles valeurs.

Ainsi, sur la base d’un prix de 32 euros, 79% des actions supplémentaires seraient mises en circulation! Pire, la société immobilière n’exclut pas l’entrée de nouveaux actionnaires à cette occasion. L’autorisation à cet effet sera demandée lors de la prochaine réunion extraordinaire qui doit donner son feu vert.

L’opération, qui pourrait avoir lieu mi-novembre, bénéficie déjà d’un engagement d’un syndicat bancaire de six banques, ce qui garantit son succès en termes de montant.

Promesses

Parmi eux, Bank of America, BNP Paribas, Crédit agricole, Goldman Sachs, JPMorgan et Société générale.

Mais cette garantie de financement ne fait rien pour garantir un retour rapide vers une meilleure fortune pour l’action.

L’opération fait partie d’un plan de 9 milliards de dollars appelé Reset.

Il combine des cessions d’actifs (objectif de 4 milliards), une réduction du dividende payé en numéraire (1 milliard d’euros d’économies en 2021 et 2022 par rapport au niveau d’avant crise) et une dotation en investissements réduite. , accompagné d’économies opérationnelles (environ 800 millions).

Alors que les agences financières ont commencé à dégrader ses notes, Unibail-Rodamco-Westfield promet que cette levée de fonds lui permettra de maintenir son taux d’endettement en dessous de 40% de la valeur de ses actifs et sa dette nette à moins de neuf fois. . excédent brut d’exploitation (Ebitda).

Locations menacées

Le problème numéro un des sociétés immobilières est leur bilan, qui est devenu un frein.

Les loyers sont menacés par les conséquences économiques de la crise sanitaire: moindre fréquentation des centres commerciaux, révision de la politique immobilière des entreprises avec la montée du télétravail, etc.

De quoi réduire la valeur des actifs et des flux de trésorerie.

Cependant, les dettes sont toujours là et s’avèrent, malgré les taux bas, de plus en plus onéreuses. Le ratio dette / fonds propres devient même paralysant.

Dividende rompu

Malgré les turbulences boursières, les actionnaires actuels d’Unibail peuvent maintenir leur position pour le moment.

Si nous révisons notre objectif de cours à 55 euros, la vente du titre semble un mauvais calcul.

Bien entendu, entre la baisse des bénéfices et l’explosion du nombre d’actions en circulation, le coupon baissera.

De manière générale, on peut maintenir l’hypothèse d’un dividende global de 750 millions d’euros, montant équivalent à celui versé cette année, et déjà très faible.

Le coupon payé en 2021 aura donc du mal à dépasser 3,30 euros par action … Mais au prix actuel, la rentabilité continue de dépasser les 10%.


Nos conseils sur les sociétés immobilières cotées

Acheter maintenant Partage de Covivio [COV] et Gecina [GFC]

Garder Les actions de Carmila [CARM], Klépierre [LI] et Unibail-Rodamco-Westfield [URW]

Vendre Actions Icade [ICAD] et Mercialys [MERY]

Hypnose Et Éreutophobie Spécialiste : Immobilier coté: vent de panique dans les sociétés immobilières
4.9 (98%) 92 votes