Hypnose Et Éreutophobie Solution : Thérapie cognitivo-comportementale (TCC): qu’est-ce que c’est et quoi

Peur De Rougir Traitement avec Hypnose Et Éreutophobie Spécialiste de plus Hypnose Et Peur De Rougir Conseils

Quelle que soit la componction de votre budget , il y a un protocole de traitement contre la peur de rougir qui fonctionnera pour vous. L’anxiété sociale et la peur des insctes sont assez connues et bien-sûr traitables. Contrairement à ereutophobie temoignage d’autres angoisses, la peur de rougir et l’anxiété sociale ont toutes deux des taux de réussite extrêmement abusifs.

Hypnose Et Peur De Rougir Traitement enfin

La peur du rougissement spontanée a un incidence sur la vie quotidienne de plus d’acheteurs que vous ne le pensez. C’est une particularité importante suffisamment localisation de l’anxiété sociale. Il est définir éreutophobie rarement exposé par ceux qui luttent Vasculaires contre cela étant donné que le regard en soi s’avérer redirigée vers eux, tout ce qu’ils fuient. Biologiquement, c’est la finition de l’activité du système rapide agréable ( va faire vibrer l’explication du corps au risque ). Les Thérapie rafiots sanguins près de l’épiderme s’agrandissent et l’augmentation du flux congestionné « rougit » l’épiderme. Typiquement la peur redirige le flux rougeaud de la peau et les extrémités vers les petits muscles, mais l’inverse semble se réaliser avec le rougissement.

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est l’un des types de traitement psychothérapeutique les plus populaires. Il est conçu pour aider les patients à comprendre clairement les pensées et les sentiments qui influencent leurs comportements.

– La publicité –

La TCC est principalement utilisée pour traiter un large éventail de troubles, en particulier les phobies, la dépression, les dépendances et l’anxiété.

La thérapie cognitivo-comportementale est généralement un plan de traitement à court terme et vise à aider les clients à faire face à un problème très particulier.

Au cours de la TCC, les patients apprennent à identifier et à modifier les schémas de pensée qui sont destructeurs ou perturbateurs et qui ont une influence négative sur leur comportement et leurs émotions.

Bases de la thérapie cognitivo-comportementale

Le concept de base de la thérapie cognitivo-comportementale est que les pensées et les sentiments humains jouent un rôle fondamental dans la façon dont nous nous comportons.

Par exemple, une personne qui passe beaucoup de temps à imaginer tomber d’un endroit élevé, s’effondrer de grands bâtiments et rester coincée dans un ascenseur peut se retrouver à éviter les grands immeubles, les ascenseurs et tout ce qui implique de la hauteur.

Le but de la thérapie cognitivo-comportementale est d’enseigner aux gens que, bien qu’ils ne puissent pas contrôler tous les aspects de la vie autour d’eux, leur interprétation de leur environnement et comment y faire face est entre leurs mains.

La thérapie cognitivo-comportementale a gagné en popularité ces dernières années parmi les professionnels du traitement et les consommateurs de santé mentale.

Parce que la TCC est presque toujours une option de traitement à court terme, elle est généralement plus abordable que la plupart des autres types de thérapie pour la maladie mentale et les phobies.

La TCC est également étayée empiriquement et s’est avérée efficace pour aider les patients à surmonter une grande variété de comportements inadaptés.

Pensées négatives automatiques

L’une des principales approches de la thérapie cognitivo-comportementale consiste à aider les patients à changer les pensées négatives automatiques qu’ils ressentent à mesure que ces pensées s’ajoutent et exacerbent la dépression, les difficultés émotionnelles et l’anxiété.

Ces négatifs sont presque imprévisibles, ils surviennent donc spontanément et sont acceptés comme authentiques par le patient. Les pensées négatives automatiques ont tendance à influencer négativement l’humeur d’une personne.

Grâce au processus de thérapie cognitivo-comportementale, les gens sont capables d’examiner ces pensées malsaines et sont motivés à regarder les preuves de la vie réelle qui réfutent ou soutiennent ces pensées.

En faisant cet examen critique, les gens peuvent jeter un regard plus réaliste et objectif sur les pensées qui ajoutent à la dépression et à l’anxiété qu’ils ressentent.

Une fois qu’ils prennent conscience des pensées négatives et pour la plupart irréalistes qui traversent leur tête et bloquent leurs humeurs et leurs sentiments, les gens peuvent commencer à s’engager dans des schémas de pensée plus sains et plus réalistes.

Types de thérapie cognitivo-comportementale

Selon la définition de la TCC fournie par la British Association for Cognitive and Behavioral Psychotherapies, la meilleure façon de comprendre les psychothérapies cognitives et comportementales est de les voir

comme une gamme de thérapies basées sur des principes et des concepts dérivés de modèles psychologiques du comportement et des émotions humaines. Ces comportements comprennent un large éventail de méthodes de traitement des troubles émotionnels, ainsi qu’un continuum allant du matériel d’auto-assistance à la psychothérapie individuelle structurée.

Il existe plusieurs types d’approches thérapeutiques spécifiques qui traitent de la TCC et sont régulièrement utilisées par les professionnels de la santé mentale pour le traitement des maladies mentales et des phobies. Certains d’entre eux incluent:

Thérapie comportementale et émotionnelle rationnelle (TREC)

Il s’agit d’un type de TCC qui se concentre sur l’identification des croyances irrationnelles et leur modification. Le processus REBT consiste à identifier les croyances irrationnelles sous-jacentes et à les remettre en question. Une fois cette étape terminée, la dernière étape consiste à apprendre à détecter et à modifier ces schémas de pensée.

Thérapie cognitive

Ce type de thérapie se concentre sur la détection et la modification des schémas de pensée, des comportements et des réponses émotionnelles déformés ou inexacts.

Thérapie multimodale

Ce type de TCC consiste à traiter les problèmes psychologiques en abordant sept modalités différentes mais liées, qui sont le comportement, l’imagerie, l’affect, la sensation, les facteurs interpersonnels, la cognition et les considérations médicamenteuses / biologiques.

Thérapie comportementale dialectique

Il s’agit d’un type de thérapie cognitivo-comportementale qui aborde les comportements et les schémas de pensée et intègre des stratégies telles que la régulation et l’attention émotionnelle.

Bien que les types individuels de thérapie cognitivo-comportementale aient une approche unique des offres, chacun des centres a pour objectif commun de s’attaquer aux schémas de pensée fondamentaux qui déclenchent ou augmentent la détresse psychologique.

Les composantes de la thérapie cognitivo-comportementale

Les gens doivent souvent faire face à des sentiments ou des pensées qui renforcent ou aggravent les fausses croyances. De telles croyances peuvent conduire à des comportements difficiles qui affectent de nombreux domaines de la vie, notamment la famille, le travail, les relations amoureuses et les universitaires.

Par exemple, une personne qui a des problèmes d’estime de soi peut avoir des pensées négatives sur sa propre apparence ou ses propres capacités. En raison de ces schémas de pensée négatifs, la personne peut commencer à éviter les situations sociales ou à négliger les occasions d’avancer dans sa carrière ou à l’école.

Pour aborder ces pensées et comportements destructeurs, un thérapeute cognitivo-comportemental commence par aider le client à identifier les croyances malsaines et problématiques. Cette étape est la première étape et est connue comme l’étape d’analyse fonctionnelle.

Il s’agit d’une étape cruciale pour apprendre comment les sentiments, les pensées et les situations peuvent contribuer à des comportements inadaptés. Le processus peut être difficile, en particulier pour les patients qui ont un problème d’introspection.

En fin de compte, cependant, cela peut contribuer à la découverte de soi et aux informations utiles qui sont une partie cruciale du processus de guérison.

La deuxième phase de la thérapie cognitivo-comportementale traite spécifiquement des comportements réels qui contribuent au problème. Là, le client commence à apprendre et à pratiquer de nouvelles techniques qui peuvent être mieux utilisées dans des situations réelles.

Par exemple, une personne souffrant de dépendance à la drogue ou à l’alcool peut commencer à pratiquer de nouvelles capacités d’adaptation et pratiquer des moyens faciles de rester à l’écart ou de faire face à des situations sociales susceptibles de déclencher une rechute.

Dans de nombreux cas, la thérapie cognitivo-comportementale est un processus étape par étape ou graduel qui aide une personne à prendre des mesures graduelles vers un changement de comportement. Une personne aux prises avec une anxiété sociale peut commencer simplement par s’imaginer dans une situation angoissante.

Le client peut alors commencer à pratiquer des conversations avec sa famille, ses amis et ses connaissances. Lorsqu’un patient travaille progressivement vers un objectif plus élevé, le processus devient moins accablant et les objectifs deviennent beaucoup plus faciles à atteindre.

Le processus de thérapie cognitivo-comportementale

Au cours du processus de thérapie cognitivo-comportementale, le thérapeute doit généralement jouer un rôle pleinement actif.

La TCC est une méthode de traitement hautement ciblée et axée sur les objectifs, et le client et le thérapeute doivent travailler ensemble en tant que collaborateurs pour atteindre l’objectif qui a été fixé mutuellement.

Le thérapeute doit toujours expliquer le processus de TCC en détail au client, et le client se verra attribuer la plupart des tâches obligatoires à effectuer entre les séances.

La thérapie cognitivo-comportementale peut être utilisée efficacement comme une forme de traitement à court terme qui vise à aider le client à faire face à un problème particulier.

Les utilisations de la thérapie cognitivo-comportementale

La thérapie cognitivo-comportementale est couramment utilisée pour traiter les patients atteints d’un large éventail de troubles de santé mentale, tels que les suivants:

La thérapie cognitivo-comportementale est devenue l’une des formes de traitement les plus étudiées, en partie parce qu’il s’agit d’une forme de traitement qui se concentre sur des objectifs très spécifiques et que le résultat est relativement facile à mesurer.

Par rapport aux formes psychanalytiques de psychothérapie qui favorisent une auto-exploration plus ouverte, les choses sont différentes avec la thérapie cognitivo-comportementale.

La TCC est généralement préférable pour les personnes qui préfèrent une approche plus structurée et ciblée dans laquelle le thérapeute assumera principalement un rôle pédagogique.

Cependant, pour que la thérapie cognitivo-comportementale soit efficace, le patient doit être disposé et disposé à consacrer le temps et les efforts nécessaires pour analyser ses sentiments et ses pensées.

Une telle auto-analyse et une telle affectation peuvent être quelque peu compliquées, mais c’est un moyen efficace d’en savoir plus sur la façon dont nos états internes peuvent influer sur notre comportement externe.

La thérapie cognitivo-comportementale est également parfaite pour les personnes qui recherchent une option de traitement à court terme pour des types particuliers de problèmes émotionnels qui n’ont pas nécessairement besoin de médicaments psychotropes.

Il est indéniable que la TCC est utile et qu’elle est devenue une option de traitement privilégiée pour les professionnels traitant des clients souffrant de phobies spécifiques et d’autres conditions pouvant bénéficier de la TCC.

L’un des avantages les plus importants de la thérapie cognitivo-comportementale est que les clients qui l’utilisent peuvent développer des capacités d’adaptation qui leur seront utiles, à eux et aux autres, immédiatement et à l’avenir.

Critiques de la thérapie cognitivo-comportementale

Au début, certains patients ont suggéré que, bien qu’ils soient conscients que des pensées spécifiques sont irrationnelles et malsaines, le simple fait de leur faire prendre conscience des pensées nuisibles ne facilite pas leur changement.

La TCC n’a pas tendance à prêter autant d’attention à la résistance sous-jacente potentielle qui est inconsciente à la transformation que d’autres approches telles que la psychothérapie psychanalytique.

Il est essentiel de garder à l’esprit que la thérapie cognitivo-comportementale ne consiste pas seulement à identifier ces schémas de pensée négatifs; Il se concentre également sur l’utilisation d’une grande variété de stratégies pour aider les clients à surmonter ces pensées.

Les procédures peuvent également inclure la journalisation, des techniques de relaxation, des jeux de rôle et des distractions mentales.

conclusion

La thérapie cognitivo-comportementale est connue comme une forme valide de traitement pour un large éventail de résultats psychologiques. Si vous pensez avoir besoin de la TCC, parlez-en à votre psychologue.

Laissez un commentaire ci-dessous.

Hypnose Et Éreutophobie Solution : Thérapie cognitivo-comportementale (TCC): qu’est-ce que c’est et quoi
4.9 (98%) 92 votes