guerir ereutophobie : Des pièces géniales, mais où est le bizarre?

éreutophobie traitement naturel pour peur de rougir hypnose mais aussi Hypnose Et Peur De Rougir SpÉcialiste

Le souci arrive quand la personne se met à prévoir de rougir. Il se éreutophobie forum crée ainsi un club vicieux : plus je l’anticipe, plus j’y pense, plus j’ai fait un briefing ne et plus je risque de rougir en situation de stress, indique-t-elle. C’est comme s’il n’y avait pas d’issue. d’autres s’enlisent dans cette roue odieuse, mais il y a des manières de miminuer les symptômes, voire de les détruire entièrement

Peur De Rougir Traitement

Il être pour Irrationnelle d’autres Respirer que la ereutophobie livre tendance bio à rougir facilement est d’abord, puis l’anxiété suit. Lorsque l’anxiété s’associe à la peur de rougir, alors l’anxiété agite le dispositif excitée sympathique ce qui provoque le rougissement et donc un cycle d’auto-renforcement se forme. Cela être amollissant que les personnes évitent toute condition qui en soi conduire à la peur de rougir. C’est souvent « social » parce que c’est l’une de la situation que les gens ont l’air se sentir libres de déposer un commentaire, « Wow, votre sourire est si rouge ! Pourquoi votre visage est-il rouge ? La recherche montre que la Personnes souffrant autorégulation verbale comme celle-ci augmente encore le rougissement. Craindre ou s’attendre à rougir peut être un prophétie auto-réalisatrice.

SJusqu’à ce que, chaque nouvelle version de Wuthering Heights se démarque ou tombe amoureuse de son Heathcliff. La version d’Alex Austin n’est malheureusement pas un héros diabolique de Byronic, mais une brute brute avec des voyelles estuariennes et un penchant pour le mot F et dont la pétulance dérangée fait parfois penser plus à un adolescent grincheux qu’à quelqu’un à qui. Vous seriez heureux de franchir les portes enfer. Bien sûr, Heathcliff est un cauchemar sadique d’homme, mais vous devez certainement vous évanouir un peu. Cathy de Rakhee Sharma est une merveilleuse, mais difficile, impérieuse et une vraie fille du plein air dont la trahison auto-sabotante de Heathcliff est déchirante. Il y a un beau moment à la fin où ils se taisent tous les deux, raillés par le souvenir de leur enfance se pourchassant en ravissement à travers les landes.

Ah, ces landes. Sous une bande d’éclairage laide, ils sont représentés ici par ce qui ressemble étrangement à une étoile de gazon. Il se passe beaucoup de choses autour de la scène circulaire de la Bourse pour suggérer, vous savez, un désir de liberté, et des créatures étranges et des grognements d’animaux de Cathy et Heathcliff pour exprimer grossièrement leur sauvagerie.

Sheridan combine une bonne quantité de poèmes de Brontë, tandis qu’un groupe sur scène produit un mélange de pleurs folkloriques et de riffs de guitare électrique plus excitants. La délicate scène finale fait joliment allusion à l’héritage destructeur de Cathy et Heathcliff qui n’a pas encore été dévoilé. Mais le roman de Brontë existe dans une certaine mesure dans l’esprit du lecteur comme une sorte d’hallucination: un rêve fiévreux d’un monde fait de cruautés et de désirs insondables. La production de Shanahan est plus maladroite en essayant de capturer une partie de cet esprit imaginatif, avec le résultat que l’étrangeté enivrante et captivante du roman reste obstinément hors de portée.

guerir ereutophobie : Des pièces géniales, mais où est le bizarre?
4.9 (98%) 92 votes